Translate

lundi 31 décembre 2012

Mes souhaits pour 2013

Bonne et heureuse année a tous, et merci de votre fidélité a ce blog...

Je souhaite que 2013 soit pour vous un bon cru, de ceux dont on se souvient, longtemps après, avec des larmes de joie et de tendresse au fond des yeux...

Pour ma part, je souhaite que ce blog devienne un réel succès, que vous y reveniez souvent, que vous y laissiez plein de commentaires plus pertinents les uns que les autres...

Même si vous n'avez pas de commentaire a écrire, quelques mots d'encouragement, voire, de critiques constructives, ou, mieux encore, me dire ce que vous attendez éventuellement de ce blog, quels sujets vous aimeriez y voire traiter, y lire... signe de votre intérêt certain.  

Que vous en parliez autour de vous, que vous y envoyez vos amis...

Par ailleurs, mon ami, Francois-Xavier Bonnet, (l'auteur du blog et des publications que vous trouverez sur ma page de liens), nous rappelle a juste titre :

"L’année 2013, en France, sera l’année des Philippines: de nombreuses manifestations, expositions, sont prévues et programmées, notamment:

"1) Sortie courant mars 2013 d'une monographie sur les Philippines en français. Vous saurez tout (ou presque) sur l'archipel des 7 107 iles

"26 auteurs dont 6 français, 1 espagnol, 1 allemand et le reste (18) philippins sur des thèmes extrêmement divers comme l'histoire, politique, relations internationales, tourisme, prostitution, homosexualité, religion, linguistique et bien d'autres !!

"Ça sera disponible dans toutes les bonnes librairies françaises...

 
"2) Grande exposition au musée du Quai Branly, a Paris, sur la préhistoire des Philippines du 9 avril au 14 juillet. 


"Des centaines d'objets exposés dont certains très rares et une collection d'objets en or (qui appartiennent au musée de la Banque Centrale des Philippines). Il y aura aussi des activités d'artistes philippins dans d'autres villes comme la ville de Sète

"Bref a ne pas manquer !!

"3) Donc on va régulièrement (ou un peu plus) parler des Philippines dans les médias français dans les mois qui viennent...  "


Vous qui vous intéressez a ce beau pays, ne manquez pas ces manifestations... et n’hésitez-pas a en parler sur ce blog : préparez un billet et soumettez-le moi et je me ferai un plaisir, de le publier ici, sous votre nom...

Quoiqu'il en soit, a très bientôt et que 2013 vous soit profitable.
 



dimanche 30 décembre 2012

Installation a Mauswagon...


J'avais plein de photos et de vidéos de cette période...

L'accueil de la famille de Gerally, la construction de notre maison, la conclusion du contrat de location d'un terrain avec un voisin, la rupture du contrat, le déplacement de notre maison sur un terrain contigu, un mariage dans la famille, etc... 

Malheureusement, Sendong a tout détruit !

Une petite visite de Mauswagon par Google Earth :




Agrandir le plan


...ou Google Maps (pour ceux qui n'auraient pas le lecteur Google Earth) :



Agrandir le plan

Les seules photos que j'ai pu sauver sont celles que j'avais envoyées par e-mail à ma famille, dont j'ai pu extraire des copies grâce à leur conservation sur les serveurs de courrier.

Le 1er avril 2009, nous voila donc arrivés à Mauswagon !

L'accueil a été très chaleureux : tout le monde, ici, est prêt à nous aider à construire notre vie et à nous établir sur Mauswagon.

Notre famille d'accueil est celle de Gary, l'oncle, par alliance, de Gerally. 

Dans un premier temps, une chambre est mise à notre disposition dans la maison de la mère de Gary : une natte directement sur le sol est notre lit !

J'ai, personnellement beaucoup de mal à supporter ce style de couchage, et mes vieux os en prennent un coup, mais je n'ai pas le choix.

Je dors très mal et me réveille dix fois par nuit, perclus de douleurs... mais je n'ai pas les moyens de faire autrement ! 

En outre, dormant au niveau du sol, nous sommes à la merci des serpents et et autres petites bêtes peu sympathiques... cela ne m'aide pas à trouver un sommeil réparateur.

Cobra des Philippines

Scolopendre : la morsure en est très douloureuse.

J'aurai droit a une morsure de scolopendre sur le torse, c'est effectivement très douloureux : comme une brulure intense...

Ça n'est qu'au mois de  Juillet 2009, recevant mes premières pensions de retraite, que je pourrai acheter un peu de bois pour bricoler un lit me permettant de dormir à 40 cm du sol, et au mois de novembre que je pourrai soustraire un peu de monnaie sur mes pensions pour acheter un matelas.

Vous n'imaginez pas quel plaisir immense ce sera, pour moi, de retrouver le confort d'un matelas : difficile à comprendre pour ceux qui ne sont pas passés par là. 

Donc, arrivés a Mauswagon, quelques problèmes dont il faut trouver rapidement la solution :  

- par quels moyens se faire des revenus permettant de subsister honorablement,

- trouver un logement autonome, car la chambre chez la mère de Gary n'est qu'une solution provisoire...  

A suivre : location d'un terrain et construction de ma maison... 

Et, en attendant, un communiqué important : aujourd'hui, 30 décembre, est le jour de mon anniversaire (67 ans) !

Donc, vos commentaires, y compris les souhaits, sont les bienvenus ! (lolllllllll...) 




lundi 10 décembre 2012

Don Pablo, seigneur de Jala-Jala

 

”Don


Connaissez-vous Paul Proust de La Gironière ?

Né près de Nantes en 1797 et mort aux Philippines en 1862, il s'est installé aux Philippines en 1820.

D'abord chirurgien de marine a bord du trois mâts "Le Cultivateur", puis abandonné  par ce navire, parti en le prévenant trop tard, il s'installe comme chirurgien a Manille.

La réussite vient très rapidement, et il mène grand train... mais il s'ennuie.

Un jour, révolté par l'injustice du gouverneur a son égard, il décide, sur un coup de tête, de démissionner et il achète la propriété de Jala-Jala, presqu'ile située sur "Laguna de Bay", près de Manille.

Il a décidé de devenir colon, de défricher la presqu'ile et d'y créer une immense plantation.

En même temps, il veut visiter et apprendre a connaitre les populations natives philippines et leurs cultures.

Paul Proust restera 20 ans aux Philippines et désespéré par la mort de sa femme puis de son fils, rentrera en France en 1839.

Il reviendra mourir aux Philippines en 1862 et est enterré a Calauan, province de Laguna, près de Jala-Jala.

Ayant tenu un journal de ses aventures aux Philippines, il le publiera en 1855.

Frappé par la modernité des observations de Paul de La Gironière, et par l’intérêt de son récit, j'ai voulu redonner une nouvelle vie a cette œuvre :
- en en modernisant un peu l’écriture,
- en lui apportant le maximum d'annotations pour une meilleure compréhension,
- en y ajoutant plus de 35 illustrations en plus de celles d'origine.

Voici, a titre d'exemple, un extrait de cette œuvre :

"Je m’approche de la foule, je reconnais en effet l’infortuné Drouant, pâle comme un mort. Un Indien furieux va lui plonger son kris dans la poitrine; je me jette entre le poignard de l’Indien et le capitaine, et je les repousse assez violemment l’un et l’autre pour les séparer.


«Sauvez-vous! crié-je en français au capitaine: un canot vous attend.»


La stupéfaction des Indiens est telle, qu’il peut s’échapper sans qu’ils songent à le poursuivre.


Il faut maintenant me tirer du mauvais pas où je me suis engagé. Quatre cents Indiens m’entourent: il faut payer d’audace.


Je dis en tagalog à celui qui avait voulu frapper le capitaine, qu’il est un lâche. L’Indien bondit jusqu’à moi; il lève son arme: je lui applique sur la tête un coup d’une petite canne que je tiens à la main; il demeure un instant étonné, et se retourne vers ses compagnons pour les exciter.


De tous côtés les poignards sont tirés; la foule forme autour de moi un cercle qui va toujours en se rétrécissant.


Étrange fascination du blanc sur l’homme de couleur! De ces quatre cents Indiens pas un n’ose m’attaquer le premier; ils veulent me frapper tous ensemble.


Tout à coup, un soldat indien armé d’un fusil fend la foule; il donne un coup de crosse à mon adversaire, lui arrache son poignard, et, prenant son fusil par la baïonnette, il le fait tourner au-dessus de sa tête, et exécute un moulinet qui agrandit le cercle d’abord, et disperse ensuite une partie de mes ennemis.


«Fuyez, Monsieur! me dit mon libérateur; maintenant que je suis là, personne ne touchera un de vos cheveux.»


Aujourd'hui, aux Philippines, l'homme blanc suscite toujours la même fascination auprès des philippins.

Paul de La Gironière relève en 1830 : Aux yeux d’un Tagal, tout Européen, quel que soit son pays, est un "Castilla".


Aujourd'hui, en 2012, aux yeux d'un philippin, tout blanc est un "Kano" ou "Mekano", quel que soit son pays d'origine.




Vous trouverez ce récit ici :

- Pour les résidents de France :


- Pour les résidents des Philippines, États-Unis et autres que ceux ci-dessous :  




- Pour les résidents d'Angleterre :  



- Pour les résidents d'Allemagne :


- Pour les résidents d'Espagne : 


- Pour les résidents d'Italie :


- Pour les résidents du Canada :



Même si vous ne possédez pas de Kindle, vous pouvez acheter cet ouvrage : il vous suffit de télécharger gratuitement la visionneuse Kindle sur le site d'Amazon, ici


mercredi 5 décembre 2012

Pablo (Bopha) est passé... Quelques heures de stress intense

Pablo (Bopha) est passé... Quelques heures de stress intense a se demander :
Que va-t-il se passer ? que va-t-il arriver ?

Sur les hauteurs de Cagayan, nous n'avons finalement pas trop souffert : un pluie torrentielle, des bourrasques de vent d'une puissance inouïe, mais au final, quelques branches cassées et la nécessité d’éponger régulièrement la pluie entrant par des portes et fenêtres non étanches...


”Typhon
Quelques branches cassées

Mais, en ville, en bas, notamment, près de la rivière, je pense qu'il n'en est pas de même : le bilan provisoire officiel est de 477 morts et 380 disparus sur l'ensemble de Mindanao... On est loin du bilan de Sendong, mais c'est encore trop !


”Typhon
La crue de la CDO River vers 17 heures




”Typhon
La crue de la CDO River vers 17 heures




”Typhon
La crue de la CDO River vers 17 heures


Ces photos ont été prises vers 17 h, hier après-midi, 4 décembre 2012, depuis la maison de Serge, un ami, dont la propriété domine l'estuaire de la CDO River.

L’électricité nous a été coupée hier vers 14 heures, au moment précis ou je répondais a mon ami Domy, a quel point j’étais content d'avoir de ses nouvelles...Il n'aura donc pas mon message, mais qu'il en trouve ici l'expression...

Cette électricité ne sera rétablie qu'aujourd'hui, vers 17 heures...

Nous sommes vivants et en bonne santé...(a l'intention de ma famille et mes amis).

A quand la prochaine expérience ?

Mise a jour : au 10 décembre 2012, le bilan officiel serait de 647 morts, 1482 blesses et 780 disparus.


Mise a jour : au 16 décembre, le bilan du typhon Bopha pourrait atteindre jusqu'à 2.000 avec 906 morts confirmés et 932 disparus...



 

lundi 3 décembre 2012

Pablo arrive... plus violent que Sendong !

Pour le premier anniversaire de Sendong... Pablo arrive, encore plus violent que Sendong (cf. : sendong, 16 decembre 2011, 1257 morts..., et bloques a l'interieur par la pression de l'eau)
Je suis inquiet et Cagayan de Oro est en plein sur la trajectoire :




Pablo doit aborder Mindanao demain matin, alors, rendez-vous demain matin si je peux.

On nous annonce de très fortes précipitations pour cette nuit !